Des vaches au pays des jouets (2008)

Publié le par Mixinours

ou
"Comment on a mobilisé la moitié des forces du désordre de Belgique sans le faire exprès"


Nous partîmes 5 -selon la police- et nous arrivâmes environ 10 (mais pas tou-te-s en même temps) pour cause de désertion-militante-d'avant-les-fêtes.

D'accord, on était pas des masses, mais on avait une solide escorte:deux policiers en civil, une camionette de police, deux patrouilles,un autre policier en civil à peu près aussi discret qu'Yves Leterme en robe du soir,et aux moins 6 vigiles de City2 nous ont accompagn-é-e-s aimablement dans notre périple.

C'est qu'on leur avait dit que nous serions une petite centaine, voir le double, voyez-vous.

Fort-e-s de leur renseignements de première main, nos ami-e-s ont donc mis en place une espèce de plan Vigimixinours bien ordonné, pour se retrouver face à des Mixinour-e-s quelque peu déboussolé-e-s (mais un peu moins que nos ami-e-s tout de même.C'est vrai quoi,on vous promet 200 terroristes armé-e-s jusqu'aux dents de Barbies Molotov,et à l'arrivée vous vous retrouvez avec une ménagère, quelques animaux non identifié-e-s et quelqu'une qui avait l'air presque normale, armé-e-s en tout et pour tout d'une petite banderole de carton et de quelques tracts...il y a de quoi être passablement deçu-e-s.).

La tension chez nos accompagnateurs a atteint son apogée lors de notre petite réunion dans une ruelle entre deux parties du City2: imaginez 8/9 Mixinour-e-s en train de discuter, entouré-e-s par trois vigiles tout amidonnés de chaque côté des baies vitrées, sans oublier une fourgonette de police,et quelques passant-e-s un peu étonné-e-s par le déploiement de la sécurité.

 


On ne s'est pas laissé-e-s démonter pour autant,on fait notre tour de la rue Neuve dans la bonne humeur et en chantant, et maintenant qu'on sait qu'une simple action Mixinours crée des emplois, on ne va plus se gêner!


A l'année prochaine!

MixiJab pour les Mixinours





Publié dans Comptes rendus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article